Désolé, mais rien ne correspond à votre critère de recherche. Veuillez réessayer avec d'autres mots-clés.

Passer au contenu

5 conseils aux experts en sinistre pour remplir le formulaire de consentement

Date de publication : 10 septembre 2020

Dans le cadre de leurs enquêtes, si les experts en sinistre ne peuvent obtenir les renseignements personnels auprès de la personne concernée, ils doivent obtenir leur consentement avant de recueillir ces renseignements auprès d’un tiers[1]. Par exemple, vous devrez obtenir le consentement de l’assuré-sinistré si vous voulez consulter son historique de réclamations au Fichier central du Groupement des assureurs automobiles (GAA) ou si vous voulez obtenir un rapport d’événement auprès des policiers.

Vous devez donc obtenir, mais également consigner dans le dossier-client, le consentement (verbal ou écrit) des personnes concernées (sinistrés, assurés ou tiers) avant toute collecte, utilisation ou communication de leurs renseignements personnels. La Chambre de l’assurance de dommages (ChAD) vous recommande fortement d’utiliser le Formulaire de consentement relatif à la cueillette et à la communication de renseignements personnels dans le cadre d’une réclamation pour faciliter le travail des experts, protéger les différentes parties impliquées, informer les assurés sur leurs droits, respecter vos obligations légales et déontologiques ainsi que regrouper et consigner dans un seul document l’information pertinente concernant l’obtention du consentement et les modalités de la cueillette. Deux formulaires sont disponibles : un pour les experts mandatés par ou à l’emploi d’un assureur et l’autre pour les experts mandatés par les assurés.

Voici cinq conseils pour le remplir.

1. Si le contrat d’assurance est au nom de plus d’un assuré, vous devez également obtenir le consentement des coassurés. Il vaut mieux remplir un formulaire de consentement pour chacun des coassurés.

2. Si le questionnaire est rempli par un tiers, et non par l’assuré lui-même, assurez-vous de ne pas transmettre à ce tiers, par le biais du formulaire, des renseignements personnels concernant l’assuré. Par exemple, si vous faites signer le formulaire à un voisin qui aurait aussi subi des dommages lesquels vous devrez évaluer, assurez-vous de ne pas lui divulguer des informations confidentielles, tel que le numéro de police d’assurance de votre assuré. Dans la première section du formulaire, vous pouvez toutefois préciser la date et le lieu du sinistre ainsi que le numéro de dossier de la réclamation.

3. Vous ne devez jamais cocher automatiquement toutes les cases dans la section « Consentement à la cueillette et à la communication de renseignements personnels » du formulaire. Cela contrevient à la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé [2] et au Code de déontologie des experts en sinistre[3]. En effet, il vous revient de déterminer les sujets ou les renseignements requis aux fins de l’enquête et du traitement de la réclamation.

 

La collecte doit être limitée aux renseignements nécessaires à l’objet du dossier. On entend par là des informations dont on ne peut se passer pour traiter le dossier. Il incombe à l’expert en sinistre d’analyser les circonstances du dossier de réclamation et de ne recueillir que les renseignements indispensables à son traitement.
Me Ingi Khouzam
avocate à la conformité et vigie réglementaire à la ChAD
formulaire de consentement ChAD

Formulaire de consentement relatif à la cueillette et à la communication de renseignements personnels dans le cadre d’une réclamation

4. Dans la section « Consentement à la cueillette et à la communication de renseignements personnels », si vous cochez « Toute autre personne, entreprise ou organisme susceptible de fournir à l’Assureur de l’information permettant l’analyse de la réclamation », vous devez mentionner de qui il s’agit dans l’espace prévu à cette fin.

5. La deuxième page du formulaire précise les droits accordés à la personne concernée, comme celui d’accéder et de rectifier son dossier. Cette page est importante, car vous avez l’obligation de communiquer ces informations. Vous devez d’ailleurs y indiquer l’adresse où sera conservé le dossier. Enfin, il est recommandé de remettre une copie du formulaire complété et signé à la personne concernée.

Quoi faire si l’assuré refuse de signer le formulaire?

Si l’obtention du consentement est obligatoire, le consentement écrit n’est pas obligatoire. Dans le cas d’un consentement verbal, assurez-vous de noter au dossier toutes les informations communiquées à l’assuré en vertu de la LPRPSP[4], notamment l’objet de la collecte des renseignements personnels, l’utilisation qui sera faite des renseignements, les catégories de personnes qui y auront accès au sein de l’entreprise, l’endroit où sera détenu le dossier ainsi que les droits d’accès ou de rectification.

Pour vous accompagner, la ChAD met à votre disposition une procédure ainsi que deux exemples de formulaires – l’un pour les experts mandatés ou à l’emploi d’un assureur et l’autre pour les experts mandatés par les assurés.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à suivre la formation Renseignements personnels lors d’un sinistre : comprendre, utiliser et expliquer le formulaire de consentement (AF1020), animée par Me Ingi Khouzam et offerte sur la plateforme ÉduChAD.

 

[1] Article 6 de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé.

[2] Article 5 de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé.

[3] Notamment les articles 10, 22, 23 et 58.1 du Code de déontologie des experts en sinistre.

[4] Article 8 de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé.