Le prix Mildred Jones et la place des femmes en affairesLe prix Mildred Jones et la place des femmes en affaireshttp://chad.ca/fr/membres/publications/edito-de-la-chad/29-04-2015/3/le-prix-mildred-jones-et-la-place-des-femmes-en-affairesLe prix Mildred Jones et la place des femmes en affaires

Par ​Maya Raic, présidente-directrice générale ​​- ​Vous le savez déjà, j’ai eu l’honneur de recevoir le prix Mildred Jones le 25 mars dernier. J’ai été surprise et touchée de recevoir ce prix. Surprise, car le nom de la lauréate est gardé secret jusqu’à la remise. Touchée, car il m’a été remis par mes pairs, des femmes qui ont à cœur l’avancement des femmes dans l’industrie de l’assurance et dans le monde des affaires.


Reconnaissance des pairs

Ce prix représente pour moi une reconnaissance de l’industrie pour les efforts mis en œuvre par la ChAD depuis 15 ans dans l’accomplissement de sa mission de protection du public.

Je partage cette reconnaissance avec l’ensemble de mes collègues, à la ChAD. Je considère que le travail qu’ils réalisent au quotidien pour l’avancement de l’industrie a été salué lorsqu’on m’a remis ce prix. Cette récompense me dit que l’encadrement des professionnels de l’assurance de dommages et de l’expertise en règlement de sinistres est une plus-value pour l’industrie. Cela nous encourage à poursuivre dans cette voie et à viser toujours les plus hauts standards du professionnalisme.


Place des femmes en affaires

Depuis des années, la place des femmes sur le marché d​​u travail me tient à cœur. Les femmes ont le désir et les compétences pour occuper les places les plus hautes dans la société. Elles sont de plus en plus nombreuses à s’inscrire à des formations afin de devenir des gestionnaires et des administrateurs agréés. Ce qui manque encore actuellement, c’est un bassin de femmes qui ont cette expérience. Je crois en l’instauration de quotas de représentativité afin de bâtir ce bassin de femmes administratrices et leur laisser la place de s’investir auprès des entreprises et de la société. Certains demeurent sceptiques quant à cette idée de quotas, mais l’inaction ne permettra pas non plus de casser le plafond de verre qui freine l’élan des femmes. D’ailleurs, la présence des femmes aux conseils d’administration est reconnue comme étant positive et bénéfique. Pourquoi attendre?


​​

Au Québec, 1 membre de conseil d’administration sur 5 (19,8 %) est une femme, toutes catégories de sociétés confondues.

Le Québec est la troisième province détenant la plus haute proportion de femmes membres d’un conseil d’administration, après la Nouvelle-Écosse (25,7 %) et la Saskatchewan (23,2 %).

Source : Enquête Catalyst 2013

note : Catalyst, qui publie cette étude tous les deux ans, est le plus important organisme à but non lucratif voué au développement des possibilités pour les femmes et les entreprises. Plusieurs entreprises dans le secteur de la finance et des assurances ont participé à l’étude de 2013.​

29/04/2015 04:00:000x0100F39089C4394B43D29606F78A48696B44010101010301002F1286983752274A81A88C570384EFFD16/07/2015 20:31:45