Quels sujets ont le plus retenu votre attention en 2016 ?Quels sujets ont le plus retenu votre attention en 2016 ?http://chad.ca/fr/membres/publications/edito-de-la-chad/19-01-2017/37/quels-sujets-ont-le-plus-retenu-votre-attention-en-2016Quels sujets ont le plus retenu votre attention en 2016 ?

​​Par Joëlle Calce-Lafrenière, directrice des communications - Évidemment, l’objectif premier en communiquant avec les membres certifiés est de les soutenir dans leur pratique professionnelle en leur fournissant des articles-conseils et des outils concrets. Nous rédigeons également plusieurs articles ou nouvelles afin de les sensibiliser au rôle de la ChAD comme OAR et à ses activités pour remplir sa mission de protection du public ou encore pour les tenir informés des nouveautés et des enjeux dans l’industrie. De la vente en ligne aux cent ans d’encadrement en passant par la relève et la formation continue, profitez de cette revue de l’année pour lire ou relire les articles qui ont le plus retenu votre attention en 2016.


La vente en ligne

La vente en ligne de produits d’assurance est un sujet tendance des dernières années, notamment en raison de l’évolution de l’industrie, des besoins des consommateurs et la révision éminente de la LDPSF. Lors de la Journée de l’assurance en mars 2016, Maya Raic, présidente-directrice générale de la ChAD, et plusieurs autres panelistes se sont penchés sur la question de l’encadrement ainsi que sur ce qu’en pensent les consommateurs d’ici et d’ailleurs. À l’automne, la popularité du sujet a été relancée après la publication de l’étude menée par Option consommateur. Cette analyse ouvre une porte sur ce qui se fait à l’étranger en matière de vente en ligne d’assurance, mettant particulièrement en relief l’importance du rôle du professionnel dans ce mode de distribution.


L’économie de partage

En 2016, plusieurs sujets de l’actualité québécoise se sont révélés comme ayant une influence sur les protections d’assurance des consommateurs et ont donc attiré tous les regards de l’industrie. Parmi eux, l’économie de partage. En juin, la ChAD publiait les résultats d’un sondage réalisé par Léger. Nous vous avons ainsi révélé que 44 % des utilisateurs de cette forme d’économie n’avisent pas leur représentant, s’exposant à des problèmes en cas de réclamation.


Les chiens dangereux

En 2016, une partie de l’actualité québécoise a été occupée par les incidents impliquant les chiens dangereux et les mesures réglementaires entreprises par certaines municipalités. Selon Influence communication, si les chiens dangereux avaient été une seule et même personne, ils figureraient parmi les dix personnalités les plus médiatisées de l’été 2016, devançant même Céline Dion1. C’est presque sans surprise que les résultats de notre sondage sur les comportements des assurés à propos de leur chien en matière d’assurance aient aussi tenu le haut du pavé cette année.


La révision de la LDPSF

La révision de la Loi sur la distribution de produits et services financiers et de l’encadrement du secteur financier québécois étant imminente, pas surprenant que ce sujet ait retenu l’attention. En tant qu’organisme d’autoréglementation (OAR), la mission de la ChAD est la protection du public. Cette protection passe par le professionnalisme des individus qui œuvrent en assurance de dommages et en expertise en règlement de sinistres. L’encadrement préventif de la ChAD, ainsi que son souhait de rehausser continuellement les pratiques des certifiés, soutiennent ce professionnalisme dans l’industrie. Tout au long de l’année, la ChAD a ainsi rappelé l’importance que la modernisation de la LDPSF priorise le renforcement de la protection du public. Les préoccupations de la ChAD quant à la révision sont par ailleurs partagées par d’autres organismes, comme le démontre la lettre ouverte publiée par deux associations de protection du consommateur.


Le projet de loi 98

Au Québec, plus de 400 000 personnes doivent détenir un permis pour exercer et respecter un code de déontologie et sont encadrées par un ordre professionnel ou un OAR. Parmi eux se trouvent les 15 000 agents et courtiers en assurance de dommages et experts en sinistre encadrés par la ChAD, un OAR dont la seule mission est la protection du public. Comme les ordres professionnels, la ChAD veille à la déontologie et à la formation continue des professionnels. Elle les encadre de façon préventive et discipline leur pratique professionnelle, lorsque cela s’avère nécessaire.

Le modèle d’encadrement des OAR est donc très similaire à celui des ordres professionnels. D’ailleurs, la ChAD est assujettie à une portion du Code des professions. Naturellement, la ChAD s’est donc intéressée au projet de loi no 98 Loi modifiant diverses lois concernant principalement l’admission aux professions et la gouvernance du système professionnel. Certaines propositions mises de l’avant dans le projet de loi ont déjà été implantées par la ChAD; elle a ainsi pu témoigner des effets positifs de telles mesures devant la Commission parlementaire relative à ce projet de loi. La ChAD a également proposé d’étendre les pouvoirs de surveillance des ordres pour qu’ils puissent encadrer non seulement les professionnels, mais aussi la société ou le cabinet dans lequel ils œuvrent.


La formation continue obligatoire

La nouvelle période de référence a débuté le 1er janvier 2016 par l’entrée en vigueur du nouveau cours obligatoire de 2 UFC en Conformité que tous les professionnels doivent suivre et réussir avant la fin de la période le 31 décembre 2017 pour conserver leur certificat. Pour les professionnels, la formation continue n’est pas seulement une obligation, elle représente également un investissement dans leurs compétences et leurs connaissances. Cela contribue par ailleurs à accroître le lien de confiance que les professionnels tissent avec les consommateurs. La formation continue est une belle démonstration de leur professionnalisme. C’est donc sans surprise que ce sujet fait également parti de ceux ayant le plus retenu leur attention en 2016.


Prix Marcel-Tassé 2016

Depuis 17 ans, l’intérêt pour les prix Marcel-Tassé ne se dément pas. En 2016, plusieurs nouveautés ont d’ailleurs été enregistrées à ce sujet, dont un nombre record de candidatures après l’introduction d’un nouveau volet permettant à deux lauréates de recevoir chacune une bourse de 2 000 $ et une carte de visite exceptionnelle.


Que se passera-t-il en 2017?

Il est plus que certain que la révision de la LDPSF et les enjeux pour la protection du public occuperont une partie des activités de communication de la ChAD. Organisme spécialisé et agile, la ChAD est à même de soutenir le professionnalisme des certifiés en leur offrant un encadrement préventif et un accompagnement de proximité qui permettent d’améliorer la pratique et de renforcer la protection du public. La ChAD ne manquera pas de diffuser ces messages afin que la révision législative ne ramène pas l’industrie 25 ans en arrière.

La fin de la période de référence le 31 décembre prochain amènera nécessairement la formation continue obligatoire sur le devant de la scène à quelques reprises.

Étant donné les changements que les nouvelles technologies amènent dans les habitudes de vie et de consommation des Québécois, ces sujets devraient faire partie des tendances de communication également. Ne serait-ce que la discussion sur l’encadrement de la vente en ligne de produits d’assurance qui devrait se poursuivre en 2017.

Comme toujours, la ChAD s’efforcera de soutenir les professionnels dans leur pratique et de les informer des nouveautés et des enjeux qui les touchent et qui concernent l’industrie. Pour ne rien manquer, abonnez-vous aux infolettres de la ChAD et suivez-nous sur les réseaux sociaux LinkedIn et Twitter.

19/01/2017 05:00:000x0100F39089C4394B43D29606F78A48696B44010101010301002F1286983752274A81A88C570384EFFD25/01/2017 16:26:22