Langage simple en assurance de dommagesLangage simple en assurance de dommageshttp://chad.ca/fr/membres/publications/edito-de-la-chad/12-08-2015/14/langage-simple-en-assurance-de-dommagesedito-chad-lang-simple-ass-domm

​Par ​Me Jannick Desforges, directrice des affaires institutionnelles et de la conformité ​​- ​​​Près de trois québécois sur quatre affirment que l'industrie de l'assurance de dommages est complexe. Il est vrai que les contrats utilisent un vocabulaire nécessitant l'utilisation d'un l​exiqu​e spécifique pour comprendre des mots d'apparence simple (pensons à « prime » et « police »). À cela s'ajoutent des phrases longues souvent rédigées dans un langage juridique difficile à saisir, même avec un niveau d'études avancé.

Le déséquilibre informationnel entre les représentants et les consommateurs est grand. C'est d'ailleurs pour assurer la protection du public face à ce déséquilibre que l'industrie de l'assurance de dommages est encadrée et que les professionnels sont certifiés.  

Depuis des années, les consommateurs sont sensibilisés à l'importance de lire leur contrat d'assurance pour comprendre leurs protections. Si ceux qui le lisent véritablement ne sont pas à même de le comprendre, à quoi cela sert-il? Saluons au passage la révision des FPQ n°1 et n°5 dans un langage simple et clair. Il est possible que d'autres contrats d'assurance soient prochainement révisés et qu'un jour, nous puissions lire l'ensemble sans maux de têtes.

Il est important de prendre en considération l'alphabétisation et les compétences des adultes québécois. L'une des plus récentes études révèle que « moins d'une personne sur deux au Québec est susceptible de démontrer la maîtrise de compétences en littératie qui feront en sorte qu'elle sera capable de lire pour apprendre, comprendre, agir ou intervenir en toute autonomie. »


Faciliter la compréhension pour favoriser la ​​confiance

Depuis des années, de nombreux efforts sont notamment mis en œuvre afin d'éduquer les consommateurs en matière d'assurance pour qu'ils puissent assumer leurs responsabilités de manière éclairée.

Cependant, l'industrie de l'assurance de dommages doit également faire sa part. Le niveau de confiance des consommateurs est directement relatif à leur compréhension de l'information liée à l'assurance de dommages. Ainsi, des phrases courtes utilisant un minimum de jargon et d'abréviation, une information standardisée, un tableau résumant les points essentiels ne seraient ici que quelques exemples des nombreuses pistes à envisager pour aider les consommateurs à comprendre leur contrat d'assurance.

En somme, plus les consommateurs comprennent et se sentent habilités à faire des choix éclairés, plus l'image qu'ils ont des représentants est positive. À terme, leur niveau de confiance envers l'industrie de l'assurance de dommages augmentera en conséquence. 

12/08/2015 04:00:000x0100F39089C4394B43D29606F78A48696B44010101010301002F1286983752274A81A88C570384EFFD05/10/2015 13:46:56