Le manque de littératies : un défi à releverLe manque de littératies : un défi à releverhttp://chad.ca/fr/membres/publications/edito-de-la-chad/04-05-2017/41/le-manque-de-litteraties-un-defi-a-releverLe manque de littératies : un défi à relever

​​Par Maya Raic, présidente-directrice générale - La littératie est un concept dont les médias québécois parlent assez régulièrement et que nous avons déjà abordé dans cette chronique, par le biais de la littératie financière. À ce propos, plusieurs études démontrent que de nombreux consommateurs ont des carences en littératie financière, et ce, malgré la progression constante du niveau moyen de scolarité. Par exemple, aux États-Unis, si les jeunes de la génération Y étudient plus longtemps que leurs parents, seulement un quart d’entre eux possèdent les connaissances de base en littératie financière1. Malheureusement, force est d’admettre que cette littératie déficiente ne s’exprime pas seulement dans le domaine financier.


L’analphabétisme médiatique

Avez-vous lu le dossier sur le fléau des fausses nouvelles publié dans La Presse du 22 avril dernier? Le journaliste Philippe Mercure et la chroniqueuse Rima Elkouri y déploraient le manque de littératie médiatique qui semble affecter une partie de la population québécoise. À la vue des résultats du test réalisé auprès de 209 élèves, du secondaire à l’université, un peu partout au Québec, il y a « urgence de lutter contre l’analphabétisme médiatique » affirmait Mme Elkouri dans sa chronique. Quant à Thierry Laplante, spécialiste en éducation aux médias pour HabiloMédias (le centre canadien d’éducation aux médias et de littératie numérique), il rappelle dans ce dossier « un manque de compétence et un besoin immédiat et très évident d’augmenter les habiletés en identification et authentification des données2 ».

Le test préparé par La Presse est similaire à celui que l’Université Stanford a fait passer l’année dernière à plus de 7 800 étudiants de niveau scolaire équivalent. Parmi ces jeunes, la frange de la population probablement la plus à l’aise avec les médias numériques, 82 % sont incapables de faire la différence entre un contenu journalistique produit par un média dans le but d’informer, et un contenu commandité par une entreprise qui a ultimement quelque chose à vendre3.


Manque de compétences numériques

Si ce constat au regard de la littératie médiatique est interpellant, il le devient encore plus quand on y ajoute celui concernant la maîtrise des savoirs et attitudes propres aux technologies numériques et médiatiques du 21e siècle. Selon une étude menée par le CEFRIO en 20164, deux Québécois sur dix s’estiment peu compétents pour conclure une transaction en ligne qui demande un paiement, et plus de trois sur dix n’ont jamais téléversé de documents sur Internet par exemple.

Rapidement, on peut penser que ces chiffres ne sont pas si mal. Toutefois, le CEFRIO émet une mise à garde vis-à-vis de ces données récoltées par auto-évaluation des répondants. En effet, il peut exister un écart entre les compétences qu’une personne pense posséder et celles qu’elle maîtrise réellement. Alors que plus d’un Québécois sur deux évalue sa capacité à protéger ses renseignements personnels en ligne comme étant élevée, en réalité seulement 37 % d’entre eux ont déjà installé une extension à leur navigateur pour mieux protéger leurs renseignements personnels et 49 % ont utilisé leur navigateur Internet en mode de navigation privée, par exemple.

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) étudie aussi les compétences de base en traitement de l’information qui sont requises pour participer à la vie économique et sociale des économies avancées du 21e siècle. La plus récente étude, réalisée en 2013, a permis de révéler que seulement 7 % de la population canadienne atteint le niveau le plus élevé de compétences en résolution de problèmes dans des environnements technologiques alors que 15 % se classe au niveau le plus faible, dont près d’un adulte sur cinq parmi les personnes de 45 à 65 ans.

Pourquoi les lacunes en littératies médiatique et numérique sont-elles si préoccupantes? Parce que ce sont « des compétences essentielles, en ce 21e siècle, pour toute personne qui vit et travaille dans notre monde centré sur les médias et l’information5 ». Ainsi, une partie de la population ne maîtrisant pas ces compétences et ces savoirs ne peut exercer pleinement son rôle au sein de la société. D’ailleurs, tant du côté du CEFRIO que d’HabiloMédias ou de l’OCDE, on souligne le risque de fractionnement de la population entre ceux qui maîtrisent les savoirs nécessaires pour utiliser Internet… et les autres.

Dans l’industrie de l’assurance de dommages, les technologies numériques et d’Internet continuent de se tailler une part de lion à différents niveaux – de la souscription d’un contrat d’assurance par Internet à la déclaration d’un sinistre, en passant par la gestion du contrat. Dans un tel contexte, le chevauchement du manque de littératie financière, médiatique et numérique pourrait ainsi multiplier les risques auxquels s’exposent les consommateurs qui achètent leur police d’assurance en ligne. Aussi, pour s’assurer que la protection des consommateurs en matière d’assurance de dommages ne soit pas affaiblie, il est donc très important d’en tenir compte.

Être conscient de l’existence de telles lacunes est une première étape. Il ne faut pas s’arrêter là. Il est maintenant crucial de mettre en place des solutions efficaces pour protéger les consommateurs contre leurs propres faiblesses.


Pour aller plus loin :

  • Pour en savoir plus sur la littératie numérique et la littératie médiatique, consultez le site HabiloMédias.


1. PwC, Millenials & Financial Literacy – The Struggle with Personal Finance [en ligne], 2015.
2. Mercure Philippe, « Il y a un manque de compétences », La Presse+ [en ligne], 22 avril 2017.
3. Université Stanford, Evaluating information : the cornerstone of civic online reasoning, [en ligne], 2016.
4. CEFRIO, Compétences numériques des adultes québécois [en ligne], 2016.
5. HabiloMédias, http://habilomedias.ca/principes-fondamentaux/points-jonction

04/05/2017 04:00:000x0100F39089C4394B43D29606F78A48696B44010101010301002F1286983752274A81A88C570384EFFD04/05/2017 20:14:16