Les défis de l’expertise en règlement de sinistresLes défis de l’expertise en règlement de sinistreshttp://chad.ca/fr/membres/pratique-professionnelle/industrie-enjeux-et-specialites/reglement-de-sinistre/357/les-defis-de-lexpertise-en-reglement-de-sinistres

​​​​Le rôle d’enquêter, d’estimer et de négocier demeure toujours, mais les experts en sinistre doivent maintenant s’adapter aux réalités mouvantes telles l’apparition de nouveaux matériaux de construction, les avancées technologiques, la réduction des délais de réponse aux clients et la multiplication des expertises.


Tel un chef d’orchestre
La liste des fournisseurs qui peuvent intervenir dans un règlement de sinistre est très longue et peut être un facteur de confusion pour le sinistré. Heureusement, l’expert en sinistre est là pour coordonner l’ensemble de l’œuvre et pour mandater les fournisseurs appropriés. Ils lui fournissent les détails, les rapports, les évaluations ou les informations nécessaires pour lui permettre de prendre une décision quant à la cause du sinistre, au montant des dommages ainsi qu’à la dépréciation, à la perte ou au remplacement des biens.


Enquêter et déterminer la cause : des fonctions réservées à l’expert en sinistre
En s’appuyant sur les déclarations écrites ou verbales des assurés et des intervenants, l’expert en sinistre est en mesure d’identifier la cause du sinistre, une fonction qui lui revient en vertu de : 

  • l’article 10 de la Loi sur la distribution de produits et services financiers qui stipule qu’il revient à l’expert d’enquêter sur le sinistre; 
  • la Directive d’application de l’Autorité des marchés financiers en regard de la définition d’expert en sinistre et des activités qui lui sont exclusives qui précise que la fonction d’enquêter « consiste à rechercher la cause d’un sinistre et les circonstances entourant celui-ci. »


Expert en sinistre et restaurateur après sinistre : le partage des rôles et responsabilités
Même si le spécialiste en restauration après sinistre est présent dès les premières heures après le sinistre, il n’en demeure pas moins que l’expert en sinistre est le maître d’œuvre du processus complet et qu’il doit être le mandant des fournisseurs qui l’aideront à assumer ses responsabilités.

L’outil « Partage des rôles et responsabilités en expertise de règlement de sinistres » créé par la ChAD dresse une liste détaillée des tâches et des intervenants responsables.


Des solutions
Les trois intervenants interviewés pour l’article complet présentent des pistes de solution, notamment : 

  • l’expert devrait être dépêché sur les lieux chaque fois qu’il y a un refoulement d’égout, un vol de véhicule ou une réclamation en copropriété; 
  • l’expert en sinistre, le spécialiste en restauration et le sinistré devraient se rencontrer sur les lieux du sinistre 24 heures après l’intervention d’urgence afin d’établir un plan d’action précis relativement au déroulement du règlement du sinistre; 
  • la communication claire au client quant au rôle joué par les divers intervenants dans le processus et les différents choix qui s’offrent à lui devrait être améliorée.


De nouveaux défis en perspective

  • Les dégâts d’eau qui représentent d’ores et déjà la majorité des cas de sinistres qui surviennent au Québec. 
  • La rétention du bassin de talents en expertise de sinistres.

Tous s’entendent pour dire que le travail d’équipe, la communication et l’assuré doivent être au cœur des règlements de sinistres.

01/12/2014 14:54:34http://docs.chad.ca/SiteCollectionDocuments/2014-09-chadpresse-enjeux-expertise-reglement-sinistre-fr.pdf