Comparaison entre l’andragogie et la pédagogieComparaison entre l’andragogie et la pédagogiehttp://chad.ca/fr/membres/formation-continue/responsable-de-formation/conseils-pour-formateurs/420/comparaison-entre-landragogie-et-la-pedagogieComparaison entre l’andragogie et la pédagogie

LES SPÉCIFICITÉS D’UN ADULTE ET CELLES D’UN ENFANT EN CONTEXTE D’APPRENTISSAGE

On n’apprend pas à un adulte (andragogie) de la même façon qu’on apprend à un enfant (pédagogie).

L’adulte s’inscrit volontairement et activement dans le processus d’apprentissage (en lien avec son vécu) contrairement à l’enfant qui, lui, reçoit l’apprentissage de manière plutôt passive. Le tableau ci-après vous en apprendra davantage.​

​​L'enfant​L'adule
  • Apprend pour plus tard; 
  • Participe sur une base obligatoire; 
  • Poursuit des objectifs fixés par d’autres (motivation d’autrui); 
  • Comble un besoin d’acquisition des connaissances; 
  • Possède une expérience limitée et peu intégrée; 
  • S’interroge à l’occasion sur l’utilité de ce qu’on lui enseigne; 
  • Manifeste peu d’intérêt d’apprendre des autres membres d’un groupe d’élèves; 
  • Perçoit le temps comme étant une ressource illimitée (l’enfant a tout son temps); 
  • Démontre une ouverture à apprendre un grand nombre de choses différentes; 
  • A une prise en charge limitée de son propre apprentissage; 
  • S’adapte facilement à la nouveauté; 
  • Possède une capacité physique et de concentration sur une plus longue période, ce qui facilite l’apprentissage.
  • ​​Apprend pour maintenant; 
  • Participe sur une base volontaire; 
  • Poursuit des objectifs personnels (motivation personnelle); 
  • Adapte et complète sans cesse ses connaissances; 
  • Possède une expérience complète, diversifiée et très intégrée; 
  • Démontre une volonté systématique de percevoir cette utilité; 
  • Manifeste de l’intérêt à écouter et à partager les connaissances et les expériences des différents membres d’un groupe d’apprenants; 
  • A une conscience aiguë de la valeur du temps (le temps c’est de l’argent); 
  • A des intérêts plus restreints liés aux difficultés qu’il rencontre; 
  • Cherche à augmenter la prise en charge de son propre apprentissage; 
  • S’adapte plus difficilement à la nouveauté; 
  • Possède une capacité physique et de concentration moins grande, ce qui peut rendre l’apprentissage plus difficile.

Source : Tableau adapté de S. Pouliot (1997), « Éducation pour la santé : recueil de textes », inédit, Université de Laval, UQAR et UQTR.

Le formateur doit donc tenir compte de toutes ces composantes lorsqu’il donne une formation.


LES CONDITIONS GAGNANTES D’UN APPRENTISSAGE CHEZ L’ADULTE LORS D’UNE FORMATION EN SALLE

La motivation

L’adulte doit être motivé pour entreprendre une activité de formation qui répond à ses besoins ou à ses intérêts. L’utilité de l’apprentissage est donc le point de départ d’une activité de formation. Pour cela, le formateur doit clairement énoncer les objectifs dès le début de la formation, car l’adulte veut comprendre à quoi lui servira cette formation une fois de retour au travail.


La réalité

L’apprentissage doit être centré sur la réalité et sur des situations concrètes et non se baser sur des sujets vagues et théoriques. Le formateur doit souvent faire le lien entre ce qu’il apprend et la réalité des participants.


L’expérience

L’expérience de l’adulte doit être considérée comme le facteur d’apprentissage le plus important. Le formateur ne doit pas être surpris si l’apprenant devient plus critique quand il lui semble que ce qu’il apprend entre en contradiction avec son expérience.


La collaboration

Il s’agit de l’échange entre le formateur qui transmet ses connaissances et l’apprenant qui contribue à leur enrichissement par son expérience. Le rôle du formateur ne se limite pas à la transmission et à l’évaluation des connaissances. Il consiste aussi à créer une ambiance informelle favorable et un climat démocratique dans lesquels l’autorité demeure entre les mains des apprenants. L’adulte apprend beaucoup de ses pairs et le formateur doit donc favoriser la synergie de groupe.


Hétérogénéité

Un groupe d’apprenants adultes est plus hétérogène qu’un groupe d’enfants. Le formateur doit donc tenir compte des différences individuelles pour adapter son enseignement.


Un adulte apprend s’il comprend

La démarche doit être logique et insérer des relations de cause à effet, avec la nécessité de vulgariser l’enseignement. L’adulte doit apprendre sans effort.


Un adulte apprend mieux s’il participe à l’activité de formation

Plus l’adulte agit, plus il apprend1. Le formateur doit donc utiliser des techniques d’enseignement qui favorisent la participation et veiller au respect, à l’écoute, au droit de parole, etc.


Se sentir en confiance

La principale crainte des adultes qui suivent une formation est d’être jugés. L’idée de ne pas être à la hauteur, de passer pour un incompétent ou de donner une mauvaise image d’eux-mêmes à leurs collègues peut aboutir à un échec.

Donc, dès le début de la session, il faut instaurer une relation de confiance entre le participant et le formateur.

En tenant compte de ces notions andragogiques au moment de concevoir et diffuser votre formation, vous serez assuré d’optimiser le transfert des apprentissages tout en offrant à vos participants une expérience enrichissante et plaisante.


1. Mucchielli (1988) souligne que les adultes retiennent :

  • 10 % de ce qu’ils lisent;
  • ​20 % de ce qu’ils entendent;
  • 30 % de ce qu’ils voient;
  • 50 % de ce qu’ils voient et entendent en même temps;
  • 80 % de ce qu’ils disent;
  • 90 % de ce qu’ils disent et font

28/05/2015 15:28:46