Assurance automobile : qu’est-ce que la télématique?Assurance automobile : qu’est-ce que la télématique?http://chad.ca/fr/consommateurs/bien-sassurer/automobile/368/assurance-automobile-quest-ce-que-la-telematique

​La télématique a connu une progression rapide en assurance automobile au Québec. Plusieurs assureurs offrent à leurs clients d’installer un dispositif dans leur véhicule ou de télécharger une application sur leur téléphone intelligent afin de récolter des données sur leur conduite. Comment fonctionne la télématique? Quelles sont les données récoltées? À quoi servent-elles? Que faut-il savoir? 


Comment fonctionne la télématique? 

La télématique propose de récolter des données afin d’évaluer plus précisément les risques liés aux comportements des conducteurs et d’y associer une prime en conséquence – voire des rabais ou parfois une augmentation du coût du contrat, selon le principe d’une assurance fondée sur l’utilisation (Pay as you drive). L’adhésion à ces programmes est volontaire. Avant d’accepter de participer à un tel programme, demandez à l’agent ou au courtier en assurance de dommages de vous expliquer précisément :

  • Quels sont les avantages et les inconvénients d’adhérer à ce programme? ​ 
  • Quelles sont les données recueillies? 
  • À quoi serviront ces données?
  • Quelles sont les personnes qui y auront accès?

L’agent ou le courtier en assurance de dommages est un professionnel encadré par la Chambre de l’assurance de dommages qui a le devoir de conseiller adéquatement son client selon ses besoins et de lui expliquer les produits d’assurance qu’il lui propose. N’hésitez donc pas à lui poser toutes vos questions avant de vous engager dans un programme de télématique.


Quelles sont les informations récoltées et à quoi servent-elles ?

Certains consommateurs sont préoccupés par la protection de leurs données personnelles. À ce jour, les assureurs peuvent utiliser par exemple les données suivantes pour établir leur tarification :

  • le nombre de kilomètres parcourus, 
  • la vitesse, 
  • les accélérations et les freinages brusques, 
  • les heures de déplacement (et parfois les dates),
  • la position du véhicule. 

Notez que les données recueillies ne peuvent pas être traitées pour un autre usage que celui qui vous aura été spécifié lors de votre adhésion au programme. Par exemple, les données ne pourront pas être utilisées dans le traitement de votre réclamation en cas d’accident auto ou pour vous proposer un produit d’assurance complémentaire. S’ils désirent pouvoir s’en servir ainsi, les professionnels en assurance de dommages devront obtenir un nouveau consentement de votre part en vous expliquant à nouveau quelles données seront utilisées et à quelle fin. 

Certains assureurs peuvent toutefois indiquer dans leur contrat que l’ensemble des données récoltées, une fois rendues anonymes, seront accessibles au fournisseur de services télématiques. Ces mêmes données anonymes, par exemple le volume de trafic automobile, pourraient être vendues à leur tour à de tierces parties à la recherche de telles informations, comme les municipalités.

À qui appartiennent les données?

En vertu de l’article 39 du Code civil du Québec, « celui qui détient un dossier sur une personne ne peut lui refuser l’accès aux renseignements qui y sont contenus à moins qu’il ne justifie d’un intérêt sérieux et légitime à le faire ou que ces renseignements ne soient susceptibles de nuire sérieusement à un tiers. » L’article suivant du Code civil du Québec précise également que toute personne peut faire corriger, dans un dossier qui la concerne, des renseignements inexacts, incomplets ou équivoques (c’est-à-dire qui pourraient avoir un double sens ou porter à confusion); elle peut aussi faire supprimer un renseignement périmé ou non justifié par l’objet du dossier, ou formuler par écrit des commentaires et les verser au dossier. 

L’assuré qui en fait la demande peut ainsi non seulement consulter ses renseignements, mais il peut les corriger et même en demander une copie. Bien que l’assureur soit propriétaire de la base de données dans son ensemble, l’assuré a accès aux informations contenues à son dossier.

De la télématique à la domotique

Après la télématique, un phénomène similaire est en expansion dans les maisons sous le nom de domotique et d’immotique. Prévention de dégâts d’eau par un blocage automatique en cas de refoulement d’égouts, détection de bris de fenêtre, gestion de la température par la détection de présence, etc., sont autant d’informations alors recueillies par les capteurs installés dans les maisons. 

Qu’il s’agisse de télématique ou de domotique, avant de prendre la décision d’y participer, l’assuré a intérêt à connaître tous les tenants et aboutissants en prenant le temps de discuter avec son agent ou son courtier en assurance de dommages.


23/02/2018 14:32:56